Select Page

Alain Blottière reçoit le prix Jean Giono 2016

Alain Blottière reçoit le prix Jean Giono 2016

Alain Blottière, déjà lauréat du prix Décembre pour Comment Baptiste est mort (Gallimard), a reçu également le prix Jean Giono 2016.

Le jury du prix Jean Giono a décerné, jeudi 10 novembre, son prix 2016 à Alain Blottière pour Comment Baptiste est mort, paru en avril chez Gallimard. Il a été préféré par le jury à Jean-Baptiste Del Amo pour son roman Règne animal et Stéphane Hoffmann pour Un enfant plein d’angoisse et très sage, les deux autres finalistes. Le prix Jean-Giono lui a été attribué, au premier tour de scrutin, par quatre voix contre trois à Jean-Baptiste Del Amo.

Le prix Jean Giono est parrainé par la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent. Il distingue « un ouvrage de langue française faisant une large place à l’imagination dans l’esprit de Jean Giono« .

Son jury était composé de Tahar Ben Jelloun, Paule Constant, Franz-Olivier Giesbert, Gilles Lapouge, Erik Orsenna de l’Académie française, Pierre Pain, Franco-Maria Ricci, Yves Simon et Frédéric Vitoux, de l’Académie française.

Alain Blottière

Comment Baptiste est mort de Alain Blottière (Gallimard)

Enlevé dans le désert par un groupe de djihadistes avec ses parents et ses frères, Baptiste, après plusieurs semaines de captivité, est le seul à être libéré. Ponctué d’hésitations, de silences, son débriefing laisse apparaître des zones d’ombre, des secrets qu’il tient à garder. Le garçon semble aussi avoir perdu la mémoire d’événements importants. Peu à peu, néanmoins, se révèle l’histoire extraordinaire et cruelle de celui à qui ses ravisseurs ont donné le nom d’un renard du désert : Yumaï.

Comment Baptiste est mort est le huitième roman de Alain Blottière.

L’an dernier, le prix Jean Giono avait été attribué à l’écrivain libanais Charif Majdalani pour La villa des femmes (Seuil).

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

L'équipe Booquin

L’équipe Booquin

L’équipe Booquin est à la recherche de toutes les actualités littéraires, pour que vous soyez toujours à la page.