Select Page

« Bakhita » de Véronique Olmi, chez Albin Michel

« Bakhita » de Véronique Olmi, chez Albin Michel

Rentrée littéraire, à paraître ce 23 aout !

Joséphine Bakhita (1869 – 8 février 1947) – Une esclave canonisée. Une histoire vraie et rarissime !

Bakhita est née à Olgossa, petit village du Darfour (Soudan), dans la tribu nubienne des Dagiù d’une famille composée de quatre sœurs et de trois frères au milieu du XIXe siècle. Elle est enlevée par des négriers (en réalité des membres de sa tribu) à l’âge de 7 ans. « Je ne pensais qu’à ma famille, j’appelais Papa et Maman, avec une angoisse dans le cœur impossible à décrire. Mais personne, là-bas, ne m’écoutait ».

Vendue et revendue plusieurs fois sur un marché des esclaves au Soudan, elle passera de maître en maître, et sera rachetée par le consul d’Italie. Le traumatisme est tel qu’elle en oublie son prénom, et sera désormais nommée Bakhita, ce qui signifie, ô ironie du sort, la chanceuse.

Placée chez des religieuses, elle demande à y être baptisée puis à devenir sœur.

Un de ses « propriétaires » lui fait subir de cruelles scarifications, puis décide de se séparer de tous ses esclaves. Son sort est alors remis entre les mains du consul d’Italie à Khartoum, Calisto Legnani, en 1883. Une nouvelle vie commence alors pour elle : « Le nouveau maître était assez bon et il se prit d’affection pour moi. Je n’eus plus de réprimandes, de coups, de châtiments, de sorte que, devant tout cela, j’hésitais encore à croire à tant de paix et de tranquillité ».

En 1885, le consul Legnani décide de rentrer en Italie à cause de la révolution mahdiste. Bakhita lui demande de l’emmener. Il accepte.

340 a La chance a tourné !

Fraichement débarquée à Gênes, Maria Turina Michieli demande à garder Bakhita à son service. Elle arrive ainsi à Zianigo, dans la province de Venise.

Bakhita intègre l’institut des Catéchistes de Venise, tenu par les religieuses canossiennes. Et quand Madame Michieli veut la reprendre, elle demande à rester chez les religieuses. Mais madame Michieli refuse catégoriquement de lui accorder cette faveur, elle ira même jusqu’à faire intervenir des personnalités pour la sortir de l’Institut.

L’affaire ira jusqu’au tribunal…

Placée chez des religieuses, Bakhita demande à y être baptisée puis à devenir sœur.

Acheter ce livre

Acheter ce livre

Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.