Select Page

« Comment Baptiste est mort » de Alain Blottière. Un double palmarès pour ce roman : prix Décembre et prix Jean Giono 2016

« Comment Baptiste est mort » de Alain Blottière. Un double palmarès pour ce roman : prix Décembre et prix Jean Giono 2016

Plus qu’un roman, un uppercut…

Booquin vous avait déjà annoncé la double bonne nouvelle (http://www.booquin.fr/alain-blottiere-prix-jean-giono/). Alors il nous a semblé que le beau roman d’Alain Blottière meritait de notre part un deuxième détour : quand on aime on ne compte pas !

L’histoire :

Enlevé dans le désert par un groupe de djihadistes avec ses parents et ses frères, Baptiste, après plusieurs semaines de captivité, est le seul à être libéré.

Ponctué d’hésitations, de silences, son débriefing laisse apparaître des zones d’ombre, des secrets qu’il tient à garder. Le garçon semble aussi avoir perdu la mémoire d’événements importants.

Peu à peu, néanmoins, se révèle l’histoire extraordinaire et cruelle de celui à qui ses ravisseurs ont donné le nom d’un renard du désert : Yumaï. Il y a d’abord l’enlèvement proprement dit. Ses deux petits frères, sa mère, son père et lui-même ont été kidnappés.

Puis les non-dits se révèlent au fil des pages. Très progressivement, le jeune adolescent, qui a « fêté » ses quatorze ans en captivité, et par là-même franchi une étape vers l’âge adulte, recouvre la mémoire… Remonte alors cette vie d’otage qui forcément a fini par s’organiser -la faim, la soif, la peur, le froid de la nuit qui s’oppose à la chaleur sèche de la journée- rythmée par les AK-47, les prières et les odeurs des tentes…

Comment Baptiste est mort est écrit sous forme de dialogues, entrecoupés de deux ou trois passages narratifs dans le désert–entre une voix qu’on peut supposer être celle d’un psychologue travaillant pour les services secrets et celle d’un enfant rescapé des terroristes, échangé contre une rançon après une captivité dont vous ne connaîtrez pas la durée. Ce qu’a vécu ce garçon dans le désert a tué le petit français « d’avant » pour donner naissance à un nouvel être. La mission que le psychologue s’est assignée ? Ressusciter Baptiste en le tirant de son amnésie : que s’est-il passé là-bas ? Qu’est-il arrivé à sa famille, ses parents et ses deux frères enlevés avec lui ? Qu’est-il arrivé à son petit frère, Louis, et pourquoi ce dernier a-t-il posé sur le frère qu’il adorait ce regard terrifié ? Qu’a fait Baptiste ???

Pour l’enfant qu’encore hier il était, la peur, l’humiliation et peut-être même la honte, se sont télescopées. Honte du comportement de son père, de celui qu’il admirait sans limite jusqu’à présent et qui se révèle, face à l’épreuve, bien étranger à l’image idéalisée du héros qu’il en avait. C’est ainsi sans doute que tout être humain est propulsé de l’enfance vers l’adolescence. Mais pour Baptiste, cette découverte dans les circonstances aussi effrayantes qui l’ont occasionnée le blesse profondément.

Comment est mort Baptiste, c’est un roman coup de poing, où les silences s’appesantissent, où les personnages seraient plutôt des anti-héros, où la question « djihadiste » est posée, mais demeure irrémédiablement sans réponses. C’est la perte de repères liée une adolescence larguée en plein désert…

Le déroulé du récit est admirablement construit et d’une grande originalité. Vous vous laisserez captiver par cette belle histoire, à la fois intemporelle, parfois presque mythique, mais nourrie des passions les plus exacerbées de notre époque. Une plongée dans les abysses de l’âme humaine, de portée quasi métaphysique.

À lire de toute urgence !

178-2

« J’ai eu l’idée de ce livre – et je l’ai commencé – bien avant la série d’attentats qui endeuillent la France depuis janvier 2015. L’idée ne m’est pas tout à fait tombée du ciel, mais de l’actualité, un drame bien réel : l’enlèvement de toute une famille française, dont de jeunes enfants, par les djihadistes de Boko Haram, en février 2013, dans le nord du Cameroun. La famille a été libérée deux mois plus tard. Il me semble que c’est la seule et unique fois que des enfants occidentaux ont été enlevés par des djihadistes, où que ce soit au monde. » Alain Blottière

Né en 1954 à Neuilly-sur-Seine, Alain Blottière est auteur de romans, de récits de voyage et d’essais. Son œuvre caractérise par des sujets d’inspiration exotique et souvent historique, où se révèle sa profonde nostalgie pour la période de l’adolescence. Comment Baptiste est mort ne manque pas de confirmer cette prédilection…

« L’idée ne m’est pas tout à fait tombée du ciel, mais de l’actualité, un drame bien réel : l’enlèvement de toute une famille française, dont de jeunes enfants, par les djihadistes de Boko Haram, en février 2013, dans le nord du Cameroun. » Alain Blottière

Acheter ce livre

Amazon
L'équipe Booquin

L’équipe Booquin

L’équipe Booquin est à la recherche de toutes les actualités littéraires, pour que vous soyez toujours à la page.