Select Page

« Comédie française – Ça a débuté comme ça » pour Fabrice Luchini…

« Comédie française – Ça a débuté comme ça » pour Fabrice Luchini…

Fabrice Luchini, toujours aussi loquace, nous livre dans « Comédie française – Ça a débuté comme ça », chez FLAMMARION (2016), sa première autobiographie. (Prix de la Coupole 2016)


Fabrice Luchini aura 65 ans cette année. C’est le moment qu’il a choisi pour raconter le parcours incroyable du jeune apprenti-coiffeur devenu un des acteurs préférés des Français. Un comédien à qui on ne prédisait pas un grand avenir…

« Je ne voulais pas faire un roman, ce n’est pas mon métier… je n’ai aucune ambition littéraire. » Les choses sont dites…
Tout d’abord, comment est-il parvenu à incarner celui qui fait aimer les Lettres par ses lectures seul en scène ?
Comment celui qui était « obsédé par les meufs » alors qu’il passait les épingles dans le salon de coiffure chic, qui plaisait aux garçons homos qui voulaient lui faire « goûter la brioche », s’est-il retrouvé à jouer Perceval le Gallois chez Rohmer ?

Il est aujourd’hui l’un de nos plus grands comédiens, célébré pour ses lectures-spectacles.

Avec son éternel penchant pour les œuvres de La Fontaine, Rimbaud et Céline, l’acteur symbolise l’esprit et le panache de la langue française, et c’est pour ça que nous l’aimons.
En prose, en vers et même en verlan, il a donné sa voix à d’immenses auteurs, auxquels il sait faire respirer l’air de notre temps – en racontant la fureur du Misanthrope à l’ère du téléphone portable, ou la sensualité de La Laitière et le pot au lait sur l’air d’une publicité pour Dim.
Alors qu’il a quitté l’école à seulement quatorze ans, il est aujourd’hui l’un de nos plus grands comédiens, célébré pour ses lectures-spectacles, couronné par la Mostra de Venise pour son rôle dans son dernier film, L’Hermine, de Christian Vincent, où il a endossé l’habit de juge.

Celui qui nous transmet son amour de la langue française, qu’il défend si bien, tant au théâtre que dans les médias, avec sa verve et sa faconde légendaires.

Fabrice Luchini vous livre le récit d’une vie placée sous le signe de la littérature, à la recherche de la note parfaite. Comédie Française ne constitue pas pour autant ses mémoires à proprement parler. Il y raconte succinctement sa vie et nous décrit comment le jeune apprenti sans avenir s’est métamorphosé en ce magnifique comédien que nous connaissons aujourd’hui, celui qui nous transmet son amour de la langue française, qu’il défend si bien, tant au théâtre que dans les médias, avec sa verve et sa faconde légendaires.

Comédie Française est donc avant tout une ode aux grands textes. Ceux de La Fontaine et Céline, déjà cités, mais également ceux de Philippe Murray, de Roland Barthes ou encore de Nietzsche. Vous vous surprendrez à lire avec jubilation ces somptueuses citations, ici glorifiées et analysées, en ayant en tête le phrasé si particulier de leur interpréteur.

« Vous ne ferez jamais ce métier, vous êtes ingrat vous avez un physique pas sexué… vous ferez peut-être du théâtre, mais pas de cinéma… », lui assène un jour ‘délicatement’ un agent. « J’ai persévéré grâce à mon père. Je ne savais rien faire d’autre », confie l’écrivain-acteur.

Des débuts difficiles qui lui font découvrir les critiques assassines : « Dommage que Perceval soit interprété par ce niguedeau. » Toscan du Plantier, producteur de la Gaumont, lui prédit même que ce sera son dernier film ! Imaginez l’allégresse de Fabrice Luchini lorsque, après 80 longs métrages, il est consacré par la Mostra de Venise.
Mais ce qui bouleverse l’acteur et le laisse incrédule, c’est qu’aujourd’hui, on le convoque. C’est le fait que lui, l’ex apprenti-coiffeur, puisse passer 5 heures à l’Académie Française avec Jean d’Ormesson ; que le Figaro Magazine puisse consacrer 11 pages à un garçon né à la Goutte d’Or ; qu’on lui fasse rencontrer Marc Fumaroli, Roland Barthes. « C’est une promotion… c’est merveilleux ce pays !!! »

Et Jean d’Ormesson de confier : « Fabrice Luchini a sa place à l’Académie française. » Qui sait ?

Comédie Française est avant tout une ode de Fabrice Luchini aux grands textes. Ceux de La Fontaine et Céline, mais également ceux de Philippe Murray, de Roland Barthes ou encore de Nietzsche.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes

Christine Larrouy

Gérante de société de consulting, directrice de projets éditoriaux et événementiels dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice. Aborde l’actualité du livre dans un choix de partage du point de vue subjectif que lui suggère le livre. Christine Larrouy, directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.