Select Page

« Congo requiem » de Jean-Christophe Grangé, ou le retour de « l’Homme-clou »

« Congo requiem » de Jean-Christophe Grangé, ou le retour de « l’Homme-clou »

« Congo requiem » de Jean-Christophe Grangé, ou le retour de « l’Homme-clou » chez Albin Michel

On ne choisit pas sa famille mais le diable a choisi son clan.

Alors que Grégoire et Erwan traquent la vérité jusqu’à Lontano, au cœur des ténèbres africaines, Loïc et Gaëlle affrontent un nouveau tueur à Florence et à Paris. Sans le savoir, ils ont tous rendez-vous avec le même ennemi : « L’Homme-Clou ».

Chez les Morvan, tous les chemins mènent en enfer.

Dans Congo requiem, Grangé a su merveilleusement bien retranscrire l’atmosphère africaine. Les odeurs, les lieux, les mentalités, les exactions aussi, avec son lot de magouilles politiques ou autres relatives à l’exploitation des mines de coltan (mot-valise pour colombite-tantalite : c’est un minerai de couleur noire ou brun-rouge) et les conflits entre les différentes ethnies qui sèment les cadavres sur le passage des Morvan.

En partant sur les traces du passé de ses parents, Erwan va découvrir le pire. Cela l’aidera peut-être à comprendre le présent mais il n’aura guère le temps de se remettre de ses émotions car « l’Homme-Clou », redoutable serial killer, signe son troisième retour, faisant s’écrouler toutes les certitudes acquises dans Lontano, le roman dont Congo requiem est la suite, mais qui peut se lire séparément. Et une fois encore, vous pouvez compter sur le talent du maestro Grangé qui manipule comme personne l’art de donner des claques à ses lecteurs. Eh oui cher public, sachez que si vous ouvrez ce pavé de 726 pages, vous ne reprendrez souffle qu’une fois la dernière ligne lue.

Certes, vous pouvez parfois avoir l’impression de vous perdre parmi toutes ces enquêtes, mais vous verrez, il y a bel et bien un fil conducteur. Tout ramène au père, Grégoire. Ce père, qui aimait ses enfants mais si mal, parce qu’il était incapable de les aimer autrement. Ce père, que ses enfants ont eu tant de facilité à détester de son vivant.

Que restera-t-il de cette haine à sa mort, quand ils connaîtront ses lourds secrets ? Laissera-t-elle la place au soulagement ou au contraire à « une tristesse immense, puissante et insondable » ? Ce père, « personnage honni, tueur et barbouze, bourreau de leur mère » était-il coupable ou victime ?

Ce père qu’ils croyaient détester… et s’ils étaient « toujours trompés dans leurs sentiments ? ».

 

Il y a une personne qui ne laisse pas perturber par ses émotions, c’est le tueur, qui poursuit implacablement sa vengeance contre le clan Morvan.

A ce stade, vous vous demandez vraiment à qui vous avez à faire : au premier « Homme-Clou » ou bien à un plagieur décidé à perpétrer son œuvre morbide ? De fausses pistes en rebondissements, on croit déceler la vérité, mais elle nous échappe jusqu’à la fin. Il est beaucoup question de manipulation dans Congo requiem, mais in fine, c’est vous, lecteur, qui êtes magistralement manipulé, et ce pour votre plus grand plaisir.

Congo requiem de Jean-Christophe Grangé chez Albin Michel

Congo requiem

In fine, c’est vous, lecteur, qui êtes magistralement manipulé, et ce pour votre plus grand plaisir.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes

Christine Larrouy

Gérante de société de consulting, directrice de projets éditoriaux et événementiels dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice. Aborde l’actualité du livre dans un choix de partage du point de vue subjectif que lui suggère le livre. Christine Larrouy, directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.