Select Page

Daech, c’est aussi la guerre de l’information

Daech, c’est aussi la guerre de l’information

Alors que des menaces d’attentats pèsent sur l’Euro 2016 et que, dans un pays sous état d’urgence, les autorités françaises sont particulièrement vigilantes à la sécurité dans les fameuses « fan zones », une tuerie a eu lieu à Orlando (USA). Revendiqué par l’organisation djihadiste État Islamique (autrement appelée « Daech »), l’attentat a fait 49 victimes selon le dernier bilan. L’horreur des faits marque les consciences.

Véritable guerre d’influence d’une redoutable efficacité, pratiquée avec brio par les Américains en particulier dans le cadre de leur stratégie économique et géopolitique.

Pour autant, des affrontements d’un autre genre se produisent au cœur de cette « guerre », affrontements moins visibles et donc moins analysés dans nos médias : ceux qui s’inscrivent dans ce que l’on appelle la « guerre de l’information », véritable guerre d’influence d’une redoutable efficacité, pratiquée avec brio par les Américains en particulier dans le cadre de leur stratégie économique et géopolitique. Et, dans ce domaine, les terroristes d’Al-Qaïda et de Daech ne sont pas en reste : ils ont très bien compris ses enjeux et les bénéfices qu’ils pouvaient en tirer – et sans investissement financier considérable. En témoigne la cyberattaque de TV5 Monde le 8 avril 2015, lorsque des pirates informatiques ont pu infiltrer les réseaux informatiques de la chaîne française, pour finalement prendre le contrôle de ses moyens de diffusion télévisuels et sur Internet. S’agissait-il là d’un simple test, en vue d’une neutralisation générale de toutes les autres chaînes de télévision ? Imaginons l’impact d’une telle attaque… Avons-nous les moyens de nous défendre ? Et quelles ripostes envisager ?

Réfléchir et réagir semble des plus urgent.

L’Ecole de Guerre Economique dresse pour la première fois un bilan précis et global à l’occasion de la publication d’un Rapport d’alerte intitulé La France peut-elle vaincre Daech sur le terrain de la guerre de l’information ? Préfacé par Alain Juillet, président du Club des Directeurs de Sécurité des Entreprises (CDSE) et de l’Académie d’Intelligence Economique, et écrit sous la direction de Christian Harbulot, directeur de l’Ecole de Guerre Economique (EGE), ce rapport d’alerte constitue une réflexion stratégique essentielle pour mieux comprendre les enjeux liés à la fois à la guerre de l’information et au développement du terrorisme. Déjà en 2005, Alain Juillet, alors Haut responsable à l’Intelligence Economique, avait réuni un groupe interministériel pour étudier ces questions – son rapport, qui n’avait pas été suivi d’effets, avait alors été classifié ; mais nous découvrons ici que, dans ses conclusions, ils montrait que l’avantage est à l’attaquant… Or, explique-t-il dans sa Préface, « confrontés à l’efficacité de l’utilisation du cyberespace par les salafistes de Daech, notre pays semble tétanisé dans une sorte de fascination similaire à celle du lapin face au boa qui veut l’avaler ». Réfléchir et réagir semble des plus urgent. D’autant plus que, comme le montre Christian Harbulot dans son dernier livre, Fabricants d’intox : La guerre mondialisée des propagandes, ces nouvelles guerres, qu’elles soient étatiques, militaires, citoyennes ou économiques, mobilisent tous les camps…

 

 

Pour en savoir plus : http://www.infoguerre.fr/

Livre de Christian Harbulot : Fabricants d’intox : La guerre mondialisée des propagandes (Lemieux Editeur, 2016) ; ou encore : Infoguerres – Dominer les esprits, de Alice Lacoye Mateus (Uppr éditions, 2016).

Des affrontements d’un autre genre se produisent au cœur de cette « guerre », affrontements moins visibles et donc moins analysés dans nos médias : ceux qui s’inscrivent dans ce que l’on appelle la « guerre de l’information ».

Acheter ce livre

Amazon

Antoine Marc

la-redaction