Select Page

« Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits », de Salman Rushdie

« Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits », de Salman Rushdie

« Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits », de Salman Rushdie, chez Actes Sud, exactement, si vous refaites le calcul, mille et une nuits…

L’auteur des Versets sataniques revient avec un conte merveilleux qui célèbre la connaissance et la création pour lutter contre une réalité contemporaine.

Cette magnifique aspiration devrait tous nous tenir particulièrement à cœur dans ces temps troublés. Je m’étais déjà inspirée de cette idée : sortir de l’obscurantisme et du fanatisme par la culture et l’instruction (cf. Moi, Malala, de Malala Yousafzai – Booquin 03/08/2016).

Depuis 1989, Salman Rushdie vit sous la menace d’une fatwa. Vingt-sept ans de haine… Installé à New York depuis dix-sept ans, il garde la tête froide, l’humeur légère et joyeuse et continue d’ausculter le monde et de publier.

Deux ans, huit mois et vingt-huit jours, c’est le temps que durera le chaos sur terre, surnommé aussi le « temps des étrangetés », quand l’incohérence menace le monde de destruction sous la férule de cinq gnomes maléfiques déchaînés.

Le roman se déroule à New York aujourd’hui : au lendemain d’un orage apocalyptique. La grosse pomme s’éveille envahie par les djinns, créatures aussi espiègles que destructrices dont l’univers fabuleux est en contact avec celui des hommes.

Fascinés par les beautés de notre planète, ces êtres, à la nature agressive, ambitionnent d’en bannir l’humanité : ils jugent la présence et l’action de notre espèce indignes des merveilles terrestres, provoquant des phénomènes surnaturels en cascade face auxquels les hommes, pétris de logique et de rationalisme, se trouvent démunis. « Leurs sens avaient été émoussés par une longue exposition à la banalité du quotidien et ils avaient du mal à accepter l’idée qu’ils étaient entrés dans un monde de merveilles, et plus encore à savoir comment vivre dans une telle époque. »

Parmi eux néanmoins se révèlent quelques êtres terrestres extra-ordinaires pour contrer l’influence maléfique des djinns. Descendants du philosophe andalou Ibn Rushd, plus connu en Occident sous le nom d’Averroès, et de Dunia, seule princesse djinn à s’être véritablement éprise d’un mortel, leurs pouvoirs magiques sont réactivés par leur légendaire ancêtre qui daigne une nouvelle fois emprunter les couloirs de l’espace et du temps pour sauver sa progéniture de l’emprise cruelle de ses semblables.

S’engage alors une lutte sans merci entre les lumières et les puissances obscures, avatars du lointain radicalisme religieux prôné par l’ennemi historique d’Ibn Rushd, le théologien soufi Al-Ghazâlî de Tûs, lutte qui durera deux ans, huit mois et vingt-huit nuits, soit mille et une nuits, au terme desquelles notre monde se trouverait irrémédiablement métamorphosé.

Avec Deux Ans, huit mois et vingt-huit jours, Salman Rushdie reste fidèle à son registre de prédilection : le réalisme magique. En tant qu’amoureux des célèbres contes populaires d’origine persane et indienne, le poète puise dans leur imaginaire merveilleux pour critiquer notre réalité contemporaine marquée par le terrorisme, le fondamentalisme religieux, le réchauffement climatique et la perte globale de repères. Ici, avec ces djinns sortis tout droit des Mille et Une Nuits, il ausculte le monde tel qu’on le connait actuellement et les conflits qui le traversent avec une formidable acuité. Cependant l’écrivain se veut apolitique. « Je ne détiens aucune intelligence ou sagesse particulière pour analyser ces choses. […] Nice […] c’est effroyable… C’est le but des terroristes de nous empêcher de penser. Mais il faut essayer », explique-t-il.

 

Avec Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits, Salman Rushdie s’empare d’un récit fantastique et vous entraîne vers une fable politique, interrogeant notre civilisation partagée entre la rationalité et les déviances pseudo-religieuses. Casquette vissée sur la tête, humeur légère et joyeuse, Rushdie est un homme heureux, qui ne pense plus à la fatwa pèse sur lui, et il ne cesse d’ausculter le monde.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes
Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.