Select Page

« Le développement durable – approche globale » de Yvette Veyret, chez Uppr éditions

« Le développement durable – approche globale » de Yvette Veyret, chez Uppr éditions

©Lacesse.fr

Pour beaucoup, le développement durable est synonyme d’écologie, de protection de la nature.

Or, comme le montre Yvette Veyret, professeur émérite de l’Université Paris Ouest, Nanterre la Défense, « le développement durable est beaucoup plus que cela ».

Qu’entend-on par développement durable ?

Le développement durable est une manière de comprendre le monde, de gérer les ressources que celui-ci offre en tenant compte des aspects culturels et de l’histoire des populations concernées. La notion de développement durable est née dans les pays riches, de réflexions issues des mouvements de protection de la nature et de courants économistes inquiets pour les ressources de la planète.

Certains, d’ailleurs, rejettent cette notion, mal cernée, portée par un mot-valise aux contours trop vastes, quand d’autres soulignent son intérêt pour penser autrement le monde et modifier nos pratiques.

La peur pour la nature et les ressources qu’elle fournit n’est pas nouvelle, elle est déjà présente au XVIIIe siècle pendant la période des Lumières. Un certain nombre de philosophes croit alors au progrès scientifique, technique… (Voltaire, Rousseau, Condorcet, Diderot…).

Or, dans le même temps, des penseurs n’acceptent pas l’évolution en cours et en envisagent les méfaits – c’est le cas de l’économiste écossais Malthus. Celui-ci s’inquiète de la progression très rapide de la population, beaucoup plus rapide que celle des ressources.

Il ne sert à rien selon Malthus d’accroître les productions par défrichement ou amélioration des terres car l’augmentation de la population et la demande demeurent plus rapides. Ce type d’analyse exprime des peurs face aux mutations économiques, sociales, démographiques, qui caractérisent l’époque des Lumières.

Le courant de pensée malthusien a persisté tout au long du XIXe siècle, comme en témoignent les travaux du géographe allemand Ratzel, qui publie « L’économie de pillage » en 1891. Cette analyse est encore celle du Club de Rome en 1968, confirmée par le rapport Meadows commandé par les membres de ce Club.

Les conclusions du rapport Malthus indiquent que l’état de la planète nécessiterait une « croissance zéro ». Cet état est établi à partir d’un modèle fondé sur cinq paramètres : population, production alimentaire, industrialisation, pollution et utilisation des ressources naturelles non renouvelables.

Le modèle envisage un effondrement du système socio-économique mondial en raison de l’épuisement des ressources naturelles à un horizon temporel assez rapproché.

Le développement durable est-il synonyme de croissance ?

Pour certains par contre, le développement durable est essentiellement porteur de financements, voire une nouvelle manière « d’habiller » le système capitaliste et la mondialisation.

Peut-il être envisagé comme le fondement d’une nouvelle géopolitique mondiale avec notamment des financements de plus en plus importants fournis par les pays riches aux pays en développement pour les aider à mieux gérer l’environnement ?

212-aDans ce livre, Yvette Veyret nous propose une mise au point magistrale. Elle rend compte également des questions décisives que soulève la mondialisation dans ce domaine – biodiversité, ingérence des pays riches dans les pays en développement, problématiques de l’eau, du réchauffement climatiques, etc.

Yvette Veyret est agrégée de géographie, docteur d’Etat en géographie et professeur émérite à de l’Université Paris Ouest, Nanterre la Défense. Elle a travaillé sur le… En savoir plus sur Yvette Veyret >

 

Qu’entend-on par développement durable ? Est-il synonyme de croissance ? Dans ce livre, Yvette Veyret nous propose une mise au point magistrale.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.