Select Page

« Dieu n’habite pas La Havane » de Yasmina Khadra

« Dieu n’habite pas La Havane » de Yasmina Khadra

« Dieu n’habite pas La Havane » de Yasmina Khadra, chez Julliard.

Même si vous l’imaginez en fumeur de Havane, Monsieur « Gainsbarre » ?

Cuba : subissant l’embargo économique depuis 1962, les Cubains ont construit leur propre système de survie entre débrouille, bricolage et petits accommodements avec l’administration.

À l’heure ou le régime castriste s’essouffle, « Don Fuego » chante toujours dans les cabarets de La Havane. Jadis, sa voix magnifique électrisait les foules. Juan Del Monte Jonava, « Don Fuego », a 59 ans. Il chante les grands classiques cubains et enflamme la scène du Buena Vista. C’est est un homme heureux, qui se contente de peu. Depuis toujours, son univers c’est la musique, la nuit. Plus de 35 ans à vivre son rêve sur scène.

Aujourd’hui, les temps changent, et le roi de la rumba doit céder la place. Car tout bascule pour lui quand Pedro, le gérant, lui annonce que le Buena Vista vient d’être privatisé par le Parti et qu’il passe entre d’autres mains.

Ex abrupto, Juan se retrouve à la porte, et perd tous ses repères. Il refuse de voir l’adversité, s’accroche au mythe de sa notoriété et à l’espoir de se produire ailleurs. Mais rien à faire, il ne décroche plus aucun contra, il est devenu has been, le nuage sur lequel il vivait s’effiloche et fait place à la réalité de son environnement, La Havane, avec les détresses qui s’y s’accumulent en silence.

Juan prend peu à peu conscience de l’évidence qu’il a si soigneusement ignorée jusque-là, et regarde ses proches. Il les observe avec tendresse. Ils sont tous, comme lui, en butte avec un quotidien précaire. Comme Mayensi, rencontrée lors d’une réception pour célébrer Fidel Castro, une jeune fille « rousse et belle comme une flamme » dont il tombe éperdument amoureux, malgré la différence d’âge et les agissements de plus en plus inexpliqués. Elle est vraiment superbe mais en demeure pour le moins très énigmatique, visiblement profondément marquée par un passé violent. Juan décide de la protéger, de l’aider à s’en sortir…

Chant dédié aux fabuleuses destinées contrariées par le sort, Dieu n’habite pas La Havane est aussi un voyage au pays de tous les paradoxes et de tous les rêves. Alliant la maîtrise et le souffle d’un Steinbeck contemporain, Yasmina Khadra mène une réflexion nostalgique sur la jeunesse perdue, sans cesse contrebalancée par la jubilation de chanter, de danser et de croire en des lendemains heureux.

C’est un récit truffé d’humour et d’autodérision, notamment lorsque Yasmina Khadra envoie des clins d’œil à peine appuyés à l’Algérie depuis Cuba. Le tout donne un booquin solidement construit, cohésif, avec une écriture affutée, lucide et tendre.

Yasmina KhadraLa plupart des romans de Yasmina Khadra sont traduits en plus de 40 langues. Adaptés au théâtre dans plusieurs pays (Amérique latine, Europe et Afrique), en bandes dessinées, certains de ses livres sont aussi portés à l’écran (Morituri ; Ce que le jour doit à la nuit ; L’Attentat). Les hirondelles de Kaboul est en cours de réalisation en film d’animation par Zabou Breitman. Yasmina Khadra a aussi co-signé les scenarios de La voie de l’ennemi, avec Forest Whitaker et Harvey Keitel, et de La Route d’Istanbul, tous deux réalisés par Rachid Bouchareb.

Voilà un récit truffé d’humour et d’autodérision, notamment lorsque Yasmina Khadra envoie des clins d’œil à peine appuyés à l’Algérie depuis Cuba. Le tout donne un booquin solidement construit, cohésif, avec une écriture affutée, lucide et tendre.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.