Select Page

Exposition « Beat Generation » au Centre Pompidou

Exposition « Beat Generation » au Centre Pompidou

Au Centre Pompidou, du 22 juin au 3 octobre, l’exposition Beat Generation

Véritable tremblement culturel qui a agité les Etats-Unis des années 1940 aux années 1960, l’événement de la « Beat Generation » au Centre Pompidou est la première grande rétrospective menée en Europe sur ce mouvement littéraire et artistique né à New-York en 1943.

Initié par le romancier américain Jack Kerouac, ce mouvement artistique annoncera, dans les années 50, la libération sexuelle, puis les mouvements de mai 1968.

L’exposition propose de se perdre dans ce courant littéraire et artistique emblématique des années 40 à 60. Un voyage composé d’errances musicales et photographiques.

Avec quelques 500 œuvres, dessins, films, coupures de presses, enregistrements de poèmes déclamés, entraînent le public sur les traces foisonnantes de Jack Kerouac, Allen Ginsberg, ou encore William Burroughs, tous trois à l’initiative de ce mouvement.pompidou-beat-generation

« Everything belongs to me because I’m poor » (« Tout m’appartient car je suis pauvre »), clame la citation de Jack Kerouac affichée sur le mur de la grande pièce de l’expo accueillant le visiteur. Cet extrait de l’ouvrage Visions of Cody (1972) résume peut-être à lui seul l’esprit de la beat generation : une soif de liberté et de découverte, quels que soient les moyens.

Cette exposition exploite délibérément des modes de présentation des œuvres sonores et visuelles « low tech » (disques vinyles et tourne-disques, carrousels de diapositives, projecteurs 16 mm…). Elle illustre à quel point la Beat Generation, dans sa liberté d’expression, sa volonté de décloisonnement des disciplines et des cultures, son esthétique pauvre, extatique et contemplative, sa violence aussi, a conditionné les développements ultérieurs des contre-cultures contemporaines, dont elle apparaît comme l’origine et auxquelles elle permet de donner sens.

Beat Generation, au Centre Pompidou à Paris, Galerie 1, du 22 juin au 3 octobre 2016, 14 euros/11 euros

Emilie Bétaillouloux

Emilie Bétaillouloux