Select Page

« Grand angle sur les mafias » de Alain Rodier chez Uppr éditions

« Grand angle sur les mafias » de Alain Rodier chez Uppr éditions

Le mot Mafia fait frissonner à la fois de plaisir et d’horreur tout un chacun, car qui n’a pas tremblé au visionnage d’un film de la série Le Parrain ou d’une des versions de Scarface ?

Mais derrière la fiction se trouve une réalité beaucoup moins pittoresque. A savoir que les Organisations Criminelles Transnationales (OCT) qui agissent dans l’ombre représentent le vrai danger pour les États de droit tant elles ont amassé une fortune colossale issue de toutes les activités illégales auxquelles elles se livrent, au premier rang desquelles se trouve le trafic de drogues. Cela leur permet de pénétrer une partie de l’économie légale en soudoyant de nombreux responsables de l’administration et du privé.

La criminalité organisée transnationale s’est prodigieusement développée ces trente dernières années. Elle représente désormais la menace principale pour les sociétés démocratiques.

Véritable cancer qui métastase le monde, ces organisations criminelles sont en train de s’entendre pour créer un véritable contre-pouvoir.

Il existe divers types d’OCT.

Par exemple, une mafia est une OCT, mais cette dernière n’est pas obligatoirement une mafia.

Les membres d’une mafia respectent des règles qui comportent un « code d’honneur », des rites d’initiation et des recrutements sélectifs parfois au sein de mêmes familles, terme pris au sens large du terme.

De plus, une mafia donne toujours la primauté à l’organisation sur l’individu.

C’est pour cette raison que si une OCT, comme le cartel de Medellin, a pu être défaite avec la disparition de son chef Pablo Escobar abattu en 1993, ce n’est pas le cas de la mafia sicilienne qui a survécu à l’arrestation successive de ses capos.

Contrairement à l’organisation mafieuse qui vénère son « parrain », la plupart des OCT ont une organisation pyramidale à caractère militaire.

Placés sous l’autorité d’un chef (le boss dans le langage mafieux italo-américain), plusieurs adjoints se voient affecter une tâche définie : finances, protection, gestion des « personnels », etc. En dessous se trouvent des chefs d’équipe (parfois appelés « lieutenants ») qui commandent des « soldats ».

Quant à la petite criminalité qui est extrêmement visible dans les mégapoles modernes, elle ne constitue que le bout de la chaîne des OCT.

Agissant comme des sous-traitants, elle est chargée de gérer la situation au jour le jour sur les territoires qu’elle contrôle.

307 aMais toutes ces catégories sont adeptes de la même « idéologie ». Les activités criminelles des OCT n’ont qu’un seul objectif : générer des profits.

Ancien officier de l’Armée de Terre, Alain Rodier est affecté au sein des services de renseignements extérieurs au début des années 1980. Il y exerce les fonctions d’analyste puis d’officier traitant… En savoir plus sur Alain Rodier >

 Les activités criminelles des OCT n’ont qu’un seul objectif : générer des profits.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Joshua Gardiavian

Joshua Gardiavian. J’aime les livres ! Pour leur beauté autant apparente que cachée. Pour les idées qu’ils transmettent et pour les réflexions qu’ils suscitent et qui me permettent de progresser.