Select Page

La belle légèreté de Catherine Meurisse

La belle légèreté de Catherine Meurisse

Ecrire ou dessiner après avoir frôlé la mort, reprendre plume et crayons après que la mort a frappé vos compagnons de route et collègues de travail. C’est aussi ça « l’après Charlie », le retour à la vie après la barbarie, le quotidien qui revient après l’horreur et l’absurde. Comme l’avait fait avant elle Luz avec Catharsis, son roman graphique poignant sur l’après-attentats, la dessinatrice Catherine Meurisse revient à la vie avec La légèreté, une bande dessinée parue il y a tout juste quelques jours chez Dargaud.

La légèreté, un titre qui émeut autant qu’il saisit, quand on sait qui est Catherine Meurisse, cette dessinatrice de 36 ans qui a échappé à la tuerie du 7 janvier en arrivant en retard à la rédaction du journal : « La légèreté, c’est tout ce que j’ai perdu le 7 janvier et que j’essaie de retrouver. […] La légèreté, c’est aussi le dessin ». Plus d’un an après les événements, Catherine Meurisse reprend son crayon et son trait est vif, lucide et drôle. Il est alors bien sûr question de cet après, des jours qui ont suivi l’horreur, des gardes du corps, des souvenirs, des fantômes, de la solitude, du sens à donner à l’existence après un choc pareil, mais aussi et peut-être surtout d’art, de culture, de Beauté avec un grand B, de ce qui reste quand ceux qu’on aime s’en vont, tragiquement, brutalement ; « J’en avais ma claque de traquer la laideur et la connerie toutes les semaines. J’ai besoin d’immuable, d’indéracinable… ». C’est à Rome que cette renaissance a eu lieu, la dessinatrice ayant écrit au directeur de la Villa Médicis pour y aller travailler, dessiner : « J’ai su que j’avais besoin de passer du temps à Rome, dit-elle. Je connaissais peu cette ville, mais je savais que je devais y aller pour être submergée par sa beauté ». Les statues, les vestiges antiques, les jardins de la Villa Médicis, et puis Le Caravage, Proust , Stendhal, c’est aussi « ça » qui reste et qui triomphe après le chaos, c’est cette Beauté qui a aussi permis à Catherine Meurisse de se retrouver et de revenir à la vie, à une autre vie, avec une autre légèreté. Puissant et beau, enfin Beau.

 

Son roman graphique poignant sur l’après-attentats, la dessinatrice Catherine Meurisse revient à la vie avec La légèreté.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes

Lise Gallitre 

lise-gallitre1

Journaliste spécialisée dans la culture au sens large du terme.