Select Page

« La Succession » de Jean-Paul Dubois

« La Succession » de Jean-Paul Dubois

« La Succession » de Jean-Paul Dubois, aux éditions de l’Olivier

Par l’auteur de Le fils de Jean, adapté au cinéma et qui vient de sortir en salles…

Paul Katrakilis vit à Miami depuis quelques années. Jamais il n’a connu un tel bonheur. Pourtant, il se sent toujours inadapté au monde. Même la cesta punta, ce sport dont la beauté le transporte et qu’il pratique en professionnel, ne parvient plus à évacuer le poids qui pèse sur ses épaules.
Quand le consulat de France l’appelle pour lui annoncer la mort de son père, il se décide enfin à affronter le souvenir d’une famille qu’il a tenté en vain de laisser derrière lui. Et alors vient le temps, pour notre joueur de cesta-punta, de retraverser l’Atlantique, où ce nouvel exil va raviver de douloureux souvenirs : les origines de Paul constituent un puzzle plutôt retors, avec un brin d’histoire de la Russie (celle de Staline et de Prokofiev, des complots, des exécutions et des fuites), d’un nom à consonance grecque, issues d’une famille singulière, éparpillée, comportant un nombre alarmant de suicidés. D’abord le grand-père russe, qui conserve dans le formol une tranche du cerveau de Staline, dont il fut le médecin en URSS. Puis le père, Adrian, grec, médecin aussi, est un peu excentrique (il aime faire ses consultations en short) et apparemment totalement privé d’affects. Au tour ensuite de l’oncle Jules, qui passe « toute sa vie avec sa sœur sous le toit du docteur » et se donne la mort en projetant sa moto à vive allure contre un mur. Deux mois plus tard, la mère de Paul se suicide au monoxyde de carbone…

De retour au pays, dans les quartiers tranquilles de Toulouse, Paul ne peut se résoudre au règlement d’une succession qu’il appréhende. Lorsqu’il tombe sur deux carnets noirs tenus secrètement par son père au moment où il vide sa maison, il comprend enfin quel sens donner à son héritage…

La Succession vous fera voyager au cœur des excès de la Floride, à Miami, avec sa violence, son racisme revendiqué, ses outrances et ses laideurs, ses artifices. Vous y découvrirez ses personnages singuliers de la communauté hispanophone de Miami qui se gausse des poncifs, se prévalant de sa langue. L’argent là-bas, c’est le carburant de quotidiens pas toujours faciles, dans l’univers de la cesta punta où nous entraine l’auteur, dans ce milieu d’exilés cubains, boliviens, colombiens, et surtout basques, recrutés entre Biarritz et Saint-Jean-de-Luz pour traverser l’Atlantique et exciter les parieurs, nombreux autour des frontons. Les clichés de l’American dream cachent difficilement la dure réalité. Ici, l’esclavage et les guerres indiennes autour du Mississippi ont laissé place, depuis un siècle, aux bateaux de plaisance, aux Bikinis, aux palaces et autres voitures de luxe, casinos, mafia et huile de bronzage, avec les inégalités qui vont avec. Ces extravagances, qui quelquefois nous exaspèrent, Jean-Paul Dubois les connaît bien, il en a rendu compte dans ses chroniques sur l’Amérique, avec un regard interrogatif, parfois médusé, souvent amusé, mais toujours amical.

L’actualité fait la part belle à Jean-Paul Dubois, entre son nouveau roman, La succession et l’adaptation pour le cinéma de Le fils de Jean, par Philippe Lioret.

le-fils-de-jean

Le fils de Jean• Crédits : Sébastien Raymond / Fin Aout Productions

 

« Je vis dans l’inquiétude et je vais mourir dans l’inquiétude. J’écris donc sur ça. » (Jean-Paul Dubois).

Jean-Paul Dubois est né en 1950 à Toulouse où il vit actuellement.

Il a obtenu le prix France Télévisions pour Kennedy et moi (Le Seuil, 1996), le prix Femina et le prix du roman Fnac pour Une vie française (Éditions de l’Olivier, 2004).

Avec La Succession, Jean-Paul Dubois nous livre une histoire déchirante où l’évocation nostalgique du bonheur se mêle à la tristesse de la perte. On y retrouve intacts son élégance, son goût pour l’absurde et quelques-unes de ses obsessions. Un roman sur la transmission, la fin de vie et le déterminisme familial, qui conjugue mélancolie et humour noir.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes
Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.