Select Page

« La vengeance des mères » de Jim Fergus

« La vengeance des mères » de Jim Fergus

« La vengeance des mères » de Jim Fergus, au Cherche Midi

Rentrée littéraire – la suite de Mille femmes blanches !

  1. Dans le but de favoriser l’intégration, un chef cheyenne, Little Wolf, propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers. Grant accepte et envoie dans les contrées reculées du Nebraska les premières femmes, pour la plupart « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les traités, la tribu de Little Wolf ne tarde pas à être exterminée par l’armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre.

Parmi elles, deux sœurs, Margaret et Susan Kelly, qui, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire de l’armée, refusent de rejoindre la « civilisation ». Après avoir trouvé refuge dans la tribu de Sitting Bull, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer, avec quelques prisonnières des Sioux, dans une lutte désespérée pour leur survie.

Avec cette aventure passionnante d’un petit groupe de femmes prises au milieu des guerres indiennes, Jim Fergus nous donne enfin la suite de Mille femmes blanches, paru également aux éditions Cherche Midi.

Le miracle se produit à nouveau et cette épopée fabuleusement romanesque, véritable chant d’amour à la culture indienne et à la féminité, procure un incommensurable plaisir de lecture.

Mille femmes blanches, c’est le chant du cygne du peuple amérindien avant la mort programmée de cette civilisation, la bataille de Little Bighorn…Une véritable ode à une admirable culture broyée, piétinée par l’histoire des hommes blancs…

Jim Fergus n’avait pas prévu à l’époque de Mille femmes blanches d’en faire une saga. D’ailleurs, la plupart des héroïnes de ce récit avaient disparu de façon tragique.

Mais ses pas l’ont ramené dans l’Ouest, sur la piste de ses trois survivantes… Ses recherches historiques lui ont permis de croiser la photo de Pretty Nose, un des personnages du roman qui a réellement existé et qui a combattu à la bataille de Little Bighorn. Un choc visuel qui lui a inspiré la couverture de La vengeance des mères.

L’écriture de Jim Fergus ne manquera pas de vous (ré-)envouter, c’est un conteur hors pair ! Avec La vengeance des mères, il a parfaitement su éviter l’écueil de la redondance : ici il s’attarde peu sur l’adaptation des nouvelles femmes aux mœurs indiennes, facilitée par la présence des survivantes. L’ambiance est différente de Mille femmes blanches : la guerre se prépare, une guerre totale dont les Indiens savent bien qu’ils ne peuvent sortir vainqueurs. Mais il leur est impossible de refuser l’obstacle, plutôt mourir que de renoncer à la liberté !

Vous admirerez une nouvelle fois ces beaux portraits de femmes qui ont toutes une force extraordinaire. Chacune d’entre elles a été victime de la toute-puissance des hommes de ce XIXème siècle : exploitées, maltraitées, internées, sans droits, sans voix. Leur univers d’origine n’a désormais plus rien à leur offrir. Elles choisissent donc de faire de cette bataille la leur pour une vie plus libre, plus respectueuse de la condition féminine.

Et pour les inconditionnels, Jim Fergus a déjà prévu la suite (et fin ?). À suivre…

Jim Fergus

©Stephen Collector

 

La vengeance des mères

Mais ses pas l’ont ramené dans l’Ouest, sur la piste de ses trois survivantes… Ses recherches historiques lui ont permis de croiser la photo de Pretty Nose, un des personnages du roman qui a réellement existé et qui s’est battu à la bataille de Little Bighorn. Un choc visuel qui lui a donné envie de mettre en couverture de La vengeance des mères.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.