Select Page

« L’affaire Léon Sadorski » de Romain Slocombe

« L’affaire Léon Sadorski » de Romain Slocombe

« L’affaire Léon Sadorski » de Romain Slocombe (Robert Laffont août 2016)

Le pire des salauds, le meilleur des enquêteurs.

Sélectionné pour le Goncourt, et peut-être prochain lauréat du « sulfureux » Prix Sade (déjà évoqué par Booquin le 16 septembre : Le prix Sade a livré sa première sélection) ?

Avril 1942. Au sortir d’un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l’Occupation. Pétainiste et antisémite, l’inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d’un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des Renseignements généraux, contrôle et arrête les Juifs pour les expédier à Drancy. De temps en temps, il lui arrive de donner un coup de main aux Brigades spéciales, d’intervenir contre les « terroristes ».
Mais Sadorski est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, où on le jette en prison. Les Allemands veulent en faire leur informateur au sein de la préfecture de police… Et il a fort à faire, parce qu’évidemment à cet endroit, les flics, les plus gradés généralement, aussi bien gaullistes que communistes, jouent double jeu. Avec leurs états d’âme, ou plutôt, pour les plus réalistes, des sursauts de prudence, au cas où les événements tourneraient. On protège quelques personnes, à toutes fins utiles… On ruse, on biaise. La police n’a pas été suffisamment épurée après la fin du Front populaire… Mais lui, Sadorski, est un bon, un authentique Français, et il va le prouver aux nouveaux patrons de la France !
Après le succès de Monsieur le commandant, sélectionné pour le Goncourt et le Goncourt des lycéens 2011, Romain Slocombe nous entraîne dans les abîmes de la collaboration et de la mauvaise conscience française, au cœur d’un système pas très reluisant…

Cette époque noire et trouble de l’Occupation, rappelle le triste rôle de la police française vouée à l’ennemi, guerre oblige ! L’auteur vous la restitue au plus juste avec son inspecteur Sadorski, vrai « patriote », engagé volontaire à 17 ans pendant la première guerre mondiale, fonctionnaire zélé, flic efficace, un vrai collabo en somme…

Il est sans état d’âme et ses airs d’homme très épris de sa femme peinent à dissimuler des perversions plus que glauques et malsaines : un beau salaud en somme ! Il n’avait peut-être pas le choix, à l’époque, refuser de se rallier à la cause nazie pouvait vous valoir le peloton d’exécution !

Cela justifie-t-il autant d’enthousiasme de la part de Sadorski ?

L’affaire Sardorski nous conte le Paris de la collaboration où politiques, industriels, banquiers, artistes fricotent à qui mieux mieux avec l’occupant. Le tout adossé à une bibliographie qui fait de cet ouvrage un roman historique crédible.

Romain Slocombe Né en 1953 dans une famille franco-britannique, Romain Slocombe est l’auteur d’une vingtaine de romans.

« Un roman noir et âcre, autour d’un salopard tout sourire, qui, sans scrupule, abuse de son petit pouvoir pour passer entre les mailles du filet. Le talent de Slocombe réside dans sa façon de mêler littérature populaire et description vertigineuse d’un abîme si ordinaire. » (Le Monde 7 sept 2016)

 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Romain Slocombe, c’est le moment, avec L’affaire Sadorski, de succomber… et de vous régaler sans mesure !

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes
Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.