Select Page

« La laïcité, une vocation civilisatrice et universelle » à partir des travaux de la Loge Roger Leray (Grand Orient de France), sous la direction de Jean-Francis Dauriac chez Uppr éditions

« La laïcité, une vocation civilisatrice et universelle » à partir des travaux de la Loge Roger Leray (Grand Orient de France), sous la direction de Jean-Francis Dauriac chez Uppr éditions

©aujourd’huilaturquie.com

 De l’importance de (bien) parler de la laïcité…

 

Fanatisme religieux, communautarismes, école publique/école privée, port du voile, liberté de culte… Voilà donc autant de thèmes dont l’actualité raffole et qui, aujourd’hui, sont continuellement évoqués et disséqués dans le débat public, aussi bien dans les médias que dans les conversations quotidiennes de tout un chacun. Il semblerait alors souvent qu’appeler un chat un chat ne soit pas toujours chose facile dans ces différents débats, tant l’idée même de laïcité souffre de ne pas se voir accorder une définition juste et vraie.

Plus que jamais d’actualité, la laïcité n’est pas, à l’inverse de ce que certains peuvent croire et affirmer, un combat d’arrière-garde ou un anticléricalisme dépassé.

Non, il s’agit là d’une notion fondamentale qu’il paraît urgent de remettre en lumière et en valeur, lui (ré)accordant le sens nécessaire, civilisateur et universel qui est le sien.

Dans ce deuxième Cahier de Francs-Maçons, la loge Roger Leray, sous la direction de Jean-Francis Dauriac, invite le lecteur à réfléchir et à reconsidérer cette idée cruciale qu’est la laïcité, nécessaire pour penser le monde d’aujourd’hui, mais aussi pour appréhender et défendre celui de demain. « Par les détournements sémantiques très en vogue de nos jours, la laïcité n’a cessé d’être dévoyée par ses ennemis mais aussi par ses partisans » : voilà comment s’ouvre cet ouvrage qui n’aura de cesse d’analyser avec profondeur et de défendre cette notion capitale et fragile qu’est la laïcité.

La laïcité n’est pas la République Française, ni la séparation de l’Eglise et de l’Etat, ni même la neutralité de l’école publique ; elle est cette « liberté absolue de conscience et de penser, ce droit au libre examen, ce droit de croire et de ne pas ou ne plus croire, elle n’appelle pas le renoncement à nos convictions ou à nos croyances, mais à leur dépassement libre et consenti pour le besoin de vivre ensemble ». Civilisatrice et universelle, elle est alors ici confrontée à l’actualité, aux nouveaux enjeux de l’époque contemporaine, à la puissance de l’image dans une société où consommation et information sont reines.

 La laïcité, c’est cette « absente de tout bouquet » nécessaire à la liberté, à l’harmonie et au vivre-ensemble.

 Acheter en un clic

350 a Jean-Francis Dauriac, 58 ans, DESS en Intelligence Économique, a été initié à 24 ans au Grand Orient de France et en a été un de ses plus jeunes Vénérable Maître (Président… En savoir plus sur Jean-Francis Dauriac >

 

Il s’agit là d’une notion fondamentale qu’il paraît urgent de remettre en lumière et en valeur, lui (ré)accordant le sens nécessaire, civilisateur et universel qui est le sien.

Acheter ce livre

Acheter ce livre

Lise Gallitre  lise-gallitre1 Journaliste spécialisée dans la culture au sens large du terme.