Select Page

« Le grand cerf » de Nicolas Marchal, un roman truffé d’humour !

« Le grand cerf » de Nicolas Marchal, un roman truffé d’humour !

« Le grand cerf » – Nicolas Marchal – Weyrich Édition

Il sait qu’il est un grand écrivain. Il connaît toute l’étendue de son talent. Alors il lui faut une explication plausible au silence des éditeurs renommés. Il finit par la trouver en se posant la bonne question ! qui a accès à son courrier, sinon son facteur ?

L’idée de départ du Grand Cerf est excellente : l’Écrivain, (avec un « E » majuscule, c’est ainsi qu’il se vit lui-même), après le succès de son premier roman, attend le retour des maisons d’éditions à qui il a envoyé son second manuscrit. Comme seuls des refus arrivent dans sa boîte aux lettres, il pense que le facteur est dans le coup et garde pour lui les bonnes nouvelles.

C’est l’histoire d’une ambition contrariée, avec, outre la boîte aux lettres récalcitrante, deux lourdingues à pétoire, un grand cerf (pour de vrai !), mais que d’éclats de rire. Un bijou !

C’est délirant d’autodérision, d’humour corrosif et quelque peu absurde. Éclats de rire garantis ! Ceux qui ont aimé L’extraordinaire voyage du fakir, qui était resté coincé dans une armoire Ikea, vont se régaler. Encore, monsieur Marchal, encore !! Quelle rigolade, à certains moments, lorsque l’auteur réitère le scénario des lettres de refus en les calquant sur des scènes de la vraie vie : les carcasses qui se refusent aux chasseurs, le grand cerf qui récuse la balle qui l’a tué… Cette idée aurait d’ailleurs pu être davantage exploitée.

Même si, quelquefois, on peut se sentir un peu largué à certains moments. Mais restent des passages extrêmement comiques. Notamment quand l’écrivain pète les plombs après que son gamin lui ait réclamé la même histoire du soir pour la millième fois.

Si vous aimez les Objets Littéraires Non Identifiés, laissez-vous tenter par ce roman truffé d’humour belge. Le grand cerf vous embarque dans une drôlerie d’écriture où les pensées de l’écrivain vous sont impudiquement livrées, des plus crues au plus mesquines.  

Et pour ne pas être seule à avoir cette comptine dans la tête, je partage avec vous les paroles – ne me remerciez pas si vous l’avez aussi dans la tête toute la journée : Dans sa maison un grand cerf / Regardait par la fenêtre / Un lapin venir à lui / Et frapper ainsi / Cerf, cerf, ouvre-moi / Ou le chasseur me tuera / Lapin, lapin, entre vite / Me serrer la main…

Encore, Monsieur Marchal, encore !!!

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Christine Larrouy

Gérante de société de consulting, directrice de projets éditoriaux et événementiels dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice. Aborde l’actualité du livre dans un choix de partage du point de vue subjectif que lui suggère le livre. Christine Larrouy, directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.