Select Page

« Le noyau blanc » de Christoph Hein

« Le noyau blanc » de Christoph Hein

« Le noyau blanc » de Christoph Hein, aux Editions Métailié (sélection Médicis 2016)

Une occasion de découvrir ce qu’est un librettiste…

Rüdiger Stolzenburg a presque la soixantaine. Chargé de cours à l’université de Leipzig, il n’a aucune chance de voir sa carrière universitaire progresser : son champ de recherches, le librettiste et topographe Weiskern, n’intéresse personne, et de toute façon, c’est le département tout entier qui est menacé.

Curieuse passion que ce librettiste ! Friedrich Wilhelm Weiskern (acteur allemand, dramaturge et topographe) s’est fait connaitre en son temps comme étant l’auteur du livret de Singspiel Bastien und Bastienne, une œuvre de jeunesse de Wolfgang Amadeus Mozart. Un livret est, en musique, un texte littéraire, la plupart du temps rédigé en vers. Il complète une œuvre musicale. Un librettiste est l’auteur d’un livret.

La vie privée de Rüdiger n’est guère plus enthousiasmante, bien qu’il collectionne les femmes, jeunes, voire même très jeunes, et piétine allègrement l’amour de la seule femme qui tienne vraiment à lui.

De plus le fisc vient de lui notifier un redressement qu’il ne peut absolument pas régler.

Rüdiger croit voir sa chance tourner quand une proposition lui parvient via Internet : un collectionneur cherche un acquéreur pour des manuscrits inédits et inconnus de son cher librettiste. Il les veut ! Il remue ciel et terre pour trouver l’argent, et envisage même de se laisser acheter en échange d’un diplôme.

Vous allez peut-être aussi, comme moi, faire connaissance avec l’écriture Sütterlin au cours de votre lecture du Noyau blanc. L’écriture Sütterlin est une grimoire manuscrit hérité de l’écriture gothique allemande. Introduite en Prusse en 1915, elle s’est répandue en Allemagne dans les années 1920 et y a été utilisée jusqu’en 1941, y compris en Alsace pendant la dernière guerre.

Rüdiger Stolzenburg, personnage des plus curieux, enfermé dans sa solitude choisie et voulue, vous interpellera sans aucun doute : c’est un être profond, mais inadapté à ce monde qui s’impose à lui, avec ses bouleversements auquel il n’est absolument pas préparé. La terre tourne, et lui reste ancré à son passé, dans ce qu’il a de plus obscur. Cette passion originale nous permet de nous pencher sur les vertus d’une culture peu à peu oubliée, enfouie sous des couches épaisses de modernité qui aurait sans doute pas mal à lui envier…

Christoph Hein analyse, à sa manière sobre et incisive, la façon dont la chute du Mur et la réunification ont définitivement modifié le cours de la vie des Allemands de l’Est. Son héros, naïf, mal à l’aise avec les règles d’une société dans laquelle chacun est en concurrence avec tous pour conquérir sa place au soleil, est l’éternel perdant de ce nouvel ordre du monde. Son style vivant vous entraine dans des digressions parfois cocasses. Les visions d’hélices du moteur d’un avion s’immobilisant pendant le vol, vous imposent un arrêt sur image de la vie, celle du héros de Christoph Hein, mais aussi, pourquoi pas, sur la vôtre si vous vous prêtez au jeu.

Rüdiger Stolzenburg ne partage pas les valeurs du monde d’aujourd’hui. Il possède les siennes, il les revendique et il en est fier ! Qu’importe pour lui de ne pas s’intéresser à l’euro et à son devenir, d’autres, pas mieux inspirés que lui d’ailleurs, s’en chargent…

Christoph Hein est un dramaturge, romancier, essayiste et traducteur allemand. Il est né en 1944 en Silésie. Il se consacre uniquement à l’écriture depuis 1979. Son roman L’Ami étranger remportera un vif succès dès 1982. Écrivain censuré par le pouvoir de l’Allemagne de l’Est, il représente dès les années 1980 une instance morale dans laquelle les citoyens contestataires ou dissidents ont puisé le substrat intellectuel pour fonder leur stratégie de lutte contre la dictature. Ses interventions publiques en 1989, ses mises en garde contre l’euphorie qui suivit la chute du Mur, ses prises de parole dans l’Allemagne réunifiée ont fait de Christoph Hein un intellectuel allemand de premier ordre.

« Le noyau blanc » de Christoph Hein, aux Editions Métailié (sélection Médicis 2016)

Une occasion de découvrir ce qu’est un librettiste…

Rüdiger Stolzenburg a presque la soixantaine. Chargé de cours à l’université de Leipzig, il n’a aucune chance de voir sa carrière universitaire progresser : son champ de recherches, le librettiste et topographe Weiskern, n’intéresse personne, et de toute façon, c’est le département tout entier qui est menacé.

Curieuse passion que ce librettiste ! Friedrich Wilhelm Weiskern (acteur allemand, dramaturge et topographe) s’est fait connaitre en son temps comme étant l’auteur du livret de Singspiel Bastien und Bastienne, une œuvre de jeunesse de Wolfgang Amadeus Mozart. Un livret est, en musique, un texte littéraire, la plupart du temps rédigé en vers. Il complète une œuvre musicale. Un librettiste est l’auteur d’un livret.

La vie privée de Rüdiger n’est guère plus enthousiasmante, bien qu’il collectionne les femmes, jeunes, voire même très jeunes, et piétine allègrement l’amour de la seule femme qui tienne vraiment à lui.

De plus le fisc vient de lui notifier un redressement qu’il ne peut absolument pas régler.

Rüdiger croit voir sa chance tourner quand une proposition lui parvient via Internet : un collectionneur cherche un acquéreur pour des manuscrits inédits et inconnus de son cher librettiste. Il les veut ! Il remue ciel et terre pour trouver l’argent, et envisage même de se laisser acheter en échange d’un diplôme.

Vous allez peut-être aussi, comme moi, faire connaissance avec l’écriture Sütterlin au cours de votre lecture du Noyau blanc. L’écriture Sütterlin est une grimoire manuscrit hérité de l’écriture gothique allemande. Introduite en Prusse en 1915, elle s’est répandue en Allemagne dans les années 1920 et y a été utilisée jusqu’en 1941, y compris en Alsace pendant la dernière guerre.

Rüdiger Stolzenburg, personnage des plus curieux, enfermé dans sa solitude choisie et voulue, vous interpellera sans aucun doute : c’est un être profond, mais inadapté à ce monde qui s’impose à lui, avec ses bouleversements auquel il n’est absolument pas préparé. La terre tourne, et lui reste ancré à son passé, dans ce qu’il a de plus obscur. Cette passion originale nous permet de nous pencher sur les vertus d’une culture peu à peu oubliée, enfouie sous des couches épaisses de modernité qui aurait sans doute pas mal à lui envier…

Christoph Hein analyse, à sa manière sobre et incisive, la façon dont la chute du Mur et la réunification ont définitivement modifié le cours de la vie des Allemands de l’Est. Son héros, naïf, mal à l’aise avec les règles d’une société dans laquelle chacun est en concurrence avec tous pour conquérir sa place au soleil, est l’éternel perdant de ce nouvel ordre du monde. Son style vivant vous entraine dans des digressions parfois cocasses. Les visions d’hélices du moteur d’un avion s’immobilisant pendant le vol, vous imposent un arrêt sur image de la vie, celle du héros de Christoph Hein, mais aussi, pourquoi pas, sur la vôtre si vous vous prêtez au jeu.

Rüdiger Stolzenburg ne partage pas les valeurs du monde d’aujourd’hui. Il possède les siennes, il les revendique et il en est fier ! Qu’importe pour lui de ne pas s’intéresser à l’euro et à son devenir, d’autres, pas mieux inspirés que lui d’ailleurs, s’en chargent…

Christoph HeinChristoph Hein est un dramaturge, romancier, essayiste et traducteur allemand. Il est né en 1944 en Silésie. Il se consacre uniquement à l’écriture depuis 1979. Son roman L’Ami étranger remportera un vif succès dès 1982. Écrivain censuré par le pouvoir de l’Allemagne de l’Est, il représente dès les années 1980 une instance morale dans laquelle les citoyens contestataires ou dissidents ont puisé le substrat intellectuel pour fonder leur stratégie de lutte contre la dictature. Ses interventions publiques en 1989, ses mises en garde contre l’euphorie qui suivit la chute du Mur, ses prises de parole dans l’Allemagne réunifiée ont fait de Christoph Hein un intellectuel allemand de premier ordre.

Rüdiger Stolzenburg ne partage pas les valeurs du monde d’aujourd’hui. Il possède les siennes, il les revendique et il en est fier !

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes
Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.