Select Page

« Le vieux blanc d’Abidjan dans sa prison de Yopougon », de Michel Field

« Le vieux blanc d’Abidjan dans sa prison de Yopougon », de Michel Field

« Le vieux blanc d’Abidjan dans sa prison de Yopougon », de Michel Field, chez Julliard.

« Le vieux Blanc d’Abidjan, c’est mon père. À soixante-dix ans, il croupit depuis plus d’un an dans la prison de Yopougon en attente de son procès. Et quel procès ! Celui des « milliards » qu’il est accusé d’avoir détournés, victime collatérale de règlements de comptes au plus haut niveau. Ce livre est le roman d’une folle journée ou, réveillé à l’aube, j’obtiens l’audience tant espérée avec le président Félix Houphouët-Boigny pour que soit enfin fixée la date d’un procès. Mais au-delà de situations toutes plus cocasses les unes que les autres, où le rire le dispute aux larmes, ce livre est aussi un hymne à cette Afrique sensuelle et généreuse, fantasque et hypnotique qui a marqué à vie le jeune homme que j’étais. » Michel Field.

Avec ce Vieux Blanc d’Abidjan, l’auteur évoque un épisode de sa vie et de celle de son père. Ouvrier juif autrichien, Erwin est condamné à fuir son pays lors de l’Anschluss de son pays par les nazis. Il deviendra un résistant français avant d’émigrer en Côte d’Ivoire quarante ans plus tard. Michel Field aurait pu raconter comment son père avait décidé de chausser ses skis et fuir par les montagnes un jour de 1938. Mais au lieu de cette épopée, c’est l’infime partie de la vie de son père vieillissant qu’il a préféré évoquer dans son nouveau livre. Dans Le vieux blanc d’Abidjan, l’auteur s’interroge sur la culpabilité de son héros dont il avait toujours connu le modeste train de vie. Comment et où aurait-il pu cacher cet argent ? Fort de sa notoriété naissante au milieu des années quatre-vingts, Michel Field part en Côte d’Ivoire affronter le tout puissant Félix Houphèt-Boigny. Son but n’est pas de demander la grâce présidentielle, mais de fixer une date de procès.

Ce petit roman est chargé d’histoire. On voyage dans une Afrique au passé révolu. C’est aussi un regard sur le père suffisamment détaché pour ne pas rendre le texte larmoyant, mais plutôt bienveillant pour rendre le personnage attachant. Le déroulé des mésaventures d’Erwin vous paraîtrons souvent invraisemblable ; pourtant « Tout est vrai » selon l’auteur qui l’a écrit comme « une forme d’hommage ». Les situations ubuesques, les rencontres improbables ne manquent pas de saveur exotique. Humour, cocasserie, autodérision, beaucoup de gouaille et de vert langage : l’ensemble est à l’image de Michel Field, attachant par l’authenticité de ses sentiments pour son père et pour cette terre africaine dont il est « mordu ». Cette « grenade d’énergie », cet « inventeur né, véritable Géo Trouvetout » suscite « l’admiration exaspérée » de son fils : un paradoxe qui résume bien Le vieux blanc d’Abidjan.

Le vieux Blanc d'AbidjanMichel Field est Directeur de l’information sur France Télévisions, après avoir mené une carrière de journaliste dans la presse écrite, à la radio et à la télévision. Agrégé de philosophie, il est l’auteur d’une quinzaine d’essais et de romans.

Le vieux Blanc d’Abidjan, c’est mon père. À soixante-dix ans, il croupit depuis plus d’un an dans la prison de Yopougon en attente de son procès. Et quel procès ! Celui des « milliards » qu’il est accusé d’avoir détournés !

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes
Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.