Select Page

« L’Inaperçu », de Sylvie Germain, où comment naviguer dans les méandres obscurs d’une famille comme les autres…

« L’Inaperçu », de Sylvie Germain, où comment naviguer dans les méandres obscurs d’une famille comme les autres…

« L’Inaperçu », de Sylvie Germain, chez Albin Michel, où comment naviguer dans les méandres obscurs d’une famille comme les autres…

Les arbres généalogiques ont parfois des racines incertaines, tordues, cachées qui donnent des enfants aux blessures secrètes et aux conduites imprévisibles. Chez les Berynx, on trouve le lot ordinaire de patriarches puissants, de mères effacées, d’enfants fragiles et de malheurs. Sabine, la belle-fille, se retrouve veuve avec quatre enfants, dont sa petite dernière estropiée dans l’accident qui a coûté la vie à son mari. Son beau-père aimerait tout décider à sa place, en véritable dictateur.

Sabine a repris l’affaire de son époux disparu. Elle va rencontrer un drôle de bonhomme, Pierre, déguisé en père noël et qui va prendre une place importante dans sa vie et celle de ses enfants… Jusqu’à devenir leur ange gardien, surtout celui de Marie, fillette révoltée, qui vit en compagnie d’une Zoé imaginaire, qui aime les arbres, les mots et le vent. Il ne fait pas de bruit, ne s’impose pas, bref c’est l’homme parfait. Dix ans plus tard, après une fête familiale, Pierre disparaît, pour ne réapparaître furtivement que huit ans après, éconduit par la domestique qui lui reproche son abandon.

Un roman où chacun travaille à cette construction de soi qui ne peut se faire que dans le dénouement du lien familial, après en avoir exorcisé le lot des responsabilités et des douleurs.

Chaque personnage apparaît comme un mystère à lui-même, nimbé d’un rêve incertain qui lui fait échapper au temps contemporain. Personnage fascinant, énigmatique, bon, sage et insensé, Pierre est le catalyseur de cette histoire envoûtante, singulière et profondément humaine qui passe du drame de la seconde guerre mondiale aux errances solitaires des années 80.

L’Inaperçu, vous précipite dans un roman phylogénique… Une complexe galerie de portraits : mélange de rejetons, d’étrangers, de pièces rapportées, où il est question d’ascendance, de perpétuation, de secrets de famille…

Sacrées peaux parfois pourries, riches en personnalités multiples, complexes, parfois impénétrables. L’Inaperçu, un amalgame de destins individuels, de rencontres fortuites, d’intimes tragédies, où vous sont dévoilés des sentiments inavoués, cachés, tus, pour le bien d’autrui ou par égoïsme : désir, culpabilité, jalousie, érotisme.


Inéluctablement, les vies se construisent, se déconstruisent, se reconstruisent…
chacun doit apprendre à se défaire des autres pour exister envers et contre tous, pour échapper à l’emprise du temps et vivre sa destinée, pleinement.

« Il y a une chair du visible, une chair du silence, une chair du réel. Et l’art c’est une tentative de pénétration du monde réel. »

Depuis presque trente ans, Sylvie Germain construit une œuvre singulière, imposante et cohérente. Couronnée de L’Inaperçunombreux prix littéraires, elle a publié aux éditions Albin Michel quatre romans : Magnus (2005), L’inaperçu (2008), Hors champ (2009), Petites scènes capitales (2013), un hommage à ses parents, Le monde sans vous (2011). Elle vit et travaille à Angoulême.

En 2013, elle a été élue à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique au fauteuil de Dominique Rolin.

Sylvie Germain, pour A la table des hommes, est sélectionnée pour le Prix Cazes Brasserie Lipp 2016, ainsi que pour le Prix Cabourg du Roman.

Elle fait partie des Présidents d’honneur du Prix Marguerite-Duras.

Sylvie Germain

« Il y a une chair du visible, une chair du silence, une chair du réel. Et l’art c’est une tentative de pénétration du monde réel. »

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes
Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.