Select Page

« Les lois de l’apogée » de Jean Le Gall, aux éditions Robert Laffont (sélection Prix Renaudot 2016)

« Les lois de l’apogée » de Jean Le Gall, aux éditions Robert Laffont (sélection Prix Renaudot 2016)

Attraction, apogée, chute. Un paysage de mensonge, dans lequel les faussaires de toutes sortes peuvent nourrir les plus hautes ambitions. Une société dans la société où le pire domine.

Paris, 1988. Jérôme Vatrigan, vingt-trois ans à peine, vient de décrocher le prix Goncourt pour son premier roman. Authentique dandy des temps modernes, son exploit n’affecte néanmoins en rien le rythme indolent de son existence. Dilettante, il accorde un grand intérêt au tennis et voue une passion ordinaire aux femmes. Sa gloire littéraire est encore tiède lorsqu’il rencontre Greta Violante, une executive woman Italienne. Il en tombe « bêtement » amoureux.

Greta joint l’intelligence à une ambition monumentale, et il ne lui faut que peu de temps pour trouver un poste à sa mesure dans une société d’investissements.

Quant au frère de Jérôme, Antoine, il est chirurgien esthétique. Il est particulièrement obsédé par les questions morales, les fameux principes, et rêve d’une France à la grandeur retrouvée. Aussi vise-t-il une carrière politique et les plus hauts étages de la République, ce qui vous promet de belles surprises et des rebondissements savoureux dans le déroulé de l’intrigue qui se joue dans ce trio pour le moins insolite.

Jérôme de son côté n’est habité par aucune ambition : il a depuis longtemps abandonné l’écriture. Il est devenu éditeur. Oui, un éditeur de romans, promis plus vite que d’autres à la liquidation judiciaire. Sa relation avec Greta ne se porte guère mieux : ils font chambre à part, se haïssent au quotidien, mais étrangement, jamais ils ne songent à se séparer.

Jérôme, Antoine, Greta : leurs trajectoires tiennent de celles des planètes, lointaines et pourtant dépendantes.

Jérôme va de manière quasi compulsive enregistrer tout ce qu’il vit, ressent, sur cassettes audio. Un détective privé venu d’outre Rhin entre alors en scène. Un personnage iconoclaste mais obsessionnel, qui va conférer une jolie patine de polar à ce roman ancré dans la réalpolitique. Il sera sans doute involontairement l’instigateur de l’effondrement, dont chaque empire au fait de sa gloire connait les affres.

Intrigue politique, policière, littéraire et conjugale, rien ne manque à ce roman esthétique et ironique dans lequel nous suivons les vies de Jérôme, d’Antoine et de Greta, destins en apparence scellé, mais dont la « belle » mécanique va finir par se casser…

Ce scud en forme de roman dénonçant la médiocrité de notre société (culture, politique, business), personne n’est épargné. Et ce pour votre plus grand plaisir ! Cette allégorie politico-littéraire, éloge des imposteurs en tous genres vous enchantera par son humour glacé et ses bons mots, plus efficaces les uns que les autres.

« Le problème des best-sellers, ce n’est pas qu’ils sont lus dans les toilettes, c’est qu’ils y sont pensés. » Dans ces tombereaux de fruits plus ou moins pourris, une surprise n’est pas impossible. Il faut d’ailleurs y préparer son regard pour ne pas passer à côté d’elle par lassitude ou dégoût.

Avec Les lois de l’apogée, Le Gall s’en donne à cœur joie pour balancer, n’hésitant pas à citer nommément certaines de ses cibles : Gonzague Saint-Bris, Jacques Attali, Christine Angot, Matthieu Ricard ou Stéphane Hessel… Elégant et savoureux.

172-auteur

 Jean Le Gall a 39 ans. Les Lois de l’apogée est son troisième roman, après le remarqué New York sous l’occupation (éditions Daphnis et Chloé) publié en 2013.

« Le problème des best-sellers, ce n’est pas qu’ils sont lus dans les toilettes, c’est qu’ils y sont pensés. » Dans ces tombereaux de fruits plus ou moins pourris, une surprise n’est pas impossible. Il faut d’ailleurs y préparer son regard pour ne pas passer à côté d’elle par lassitude ou dégoût. Pour être tout à fait franc, découvrir une telle perle doit plus à la providence qu’au talent tant l’exercice rappelle la fameuse quête de l’aiguille dans une botte de foin.

Avec Les lois de l’apogée, Le Gall s’en donne à cœur joie pour balancer, n’hésitant pas à citer nommément certaines de ses cibles : Gonzague Saint-Bris, Jacques Attali, Christine Angot, Matthieu Ricard ou Stéphane Hessel… Elégant et savoureux.

Acheter ce livre

Amazon
Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.