Select Page

« Mémé dans les orties » de Aurèlie Valognes

« Mémé dans les orties » de Aurèlie Valognes

« Mémé dans les orties » de Aurèlie Valognes – au Livre de Poche (2016)

Bon, à chacun son plaisir. Celui de Ferdinand ? Rendre chèvre sa concierge…

Il y a les affreux jojos, les méchants, les acariâtres, les acrimonieux, et les sournois.
Il y a les rogues, les geignards, les grognons.
Une personne amène et sociable ne ferait pas la différence entre ces traits de caractères, tous plus insupportables les uns que les autres. Et pourtant…

Ceux de la première catégorie sont de vraies fripouilles capables de se révéler extrêmement nuisibles, tandis que les autres ne sont rien que des emmerdeurs, vaguement réacs, drapés dans leur dignité perpétuellement bafouée, et complètement largués dans notre monde actuel. Ce ne sont pas de mauvais bougres, s’ils arrêtaient de temps de temps de râler ! Ne me dites pas que vous n’en connaissez pas un ou deux exemplaires, mais bon, par moment, on pourrait même les trouver attachants.

Ferdinand Brun, lui fait partie de la seconde catégorie : 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre, certains diraient seul, aigri, méchant. Il s’ennuie à ne PAS mourir. Voilà deux ans qu’il habite ici, depuis son divorce. Sa femme, aujourd’hui décédée, le faisait cocu avec le facteur !

Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne Daisy, à laquelle il tenait plus que tout au monde, prend la poudre d’escampette et se fait écraser, le vieil homme perd définitivement goût à la vie … Il décide de la suivre : il se jette sous un autobus. Comble de (mal)chance, il s’en tire avec trois fois rien.

Mais Marion, sa fille qui vit à Singapour, ne peut malheureusement pas veiller sur lui, et veut le placer en maison de retraite. Tollé général de Ferdinand (à lui tout seul…) !

Marion capitule, à condition que Mme Suarez, dont elle ignore les horribles agissements envers son père, lui envoie un compte-rendu toutes les semaines de son état de santé et de celui de son appartement. La concierge jubile…

Mais voici qu’un beau jour, Juliette, gamine précoce et survoltée au tempérament bien trempé et qui n’a pas sa langue dans sa poche et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur…
Mémé dans les orties est un petit livre drôle et rafraîchissant, mais qui a le grand mérite de mettre en scène l’existence des seniors esseulés. Et c’est bon pour le moral, une véritable cure de bonne humeur, tout juste voilée par une certaine dose d’émotion et de compassion !

Aurèlie Valognes Diplômée de l’École Supérieure de Commerce NEOMA Business School (ESC Reims) en 2007, Aurélie Valognes est spécialisée en communication et en marketing. Elle a exercé au sein de diverses entreprises (Mars, Procter & Gamble) et pays (Italie, Suisse, France, Belgique, Pays-Bas).

Mémé dans les orties est son premier roman.

Ferdinand Brun, 83 ans, est solitaire, bougon, acariâtre, certains diraient seul, aigri, méchant. Il s’ennuie à ne PAS mourir.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.