Select Page

« Riquet à la houppe » de Amélie Nothomb

« Riquet à la houppe » de Amélie Nothomb

« Riquet à la houppe » de Amélie Nothomb, chez Albin Michel (août 2016)

Le conte de Charles Perrault revisité par la célèbre romancière belge…

« L’art a une tendance naturelle à privilégier l’extraordinaire. » Amélie Nothomb.

« Les gens ne sont pas indifférents à l’extrême beauté : ils la détestent très consciemment. Le très laid suscite parfois un peu de compassion ; le très beau irrite sans pitié. La clef du succès réside dans la vague joliesse qui ne dérange personne. »

Le dernier opus d’Amélie Nothomb nous évoque irrésistiblement la fameuse légende au sujet d’Albert Einstein et de Marilyn Monroe : « Nous devrions faire un enfant ensemble, il aurait ma beauté et votre intelligence », lui aurait proposé l’icône cinématographique, à qui le savant lui aurait rétorqué : « Oui, mais imaginez que ce soit l’inverse… »

Une anecdote qui illustre parfaitement l’éternel mythe de l’intelligence face à la beauté.

Auteure d’exception, à l’humour souvent corrosif et à la plume si juste, Amélie Nothomb revisite ici le célèbre conte, tout en l’accommodant à sa sauce, lui conférant ainsi une saveur contemporaine inimitable, un vrai cadeau pour la rentrée littéraire !

De leur naissance à leur rencontre, Amélie Nothomb nous conte l’histoire d’un garçon, Déodat et d’une fille, Trémière, que tout oppose, autant physiquement, qu’intellectuellement… mais pas que ! Il y sera question d’amour, de différences, de rejet d’image de soi ou du regard des autres, mais aussi de petits oiseaux ! Cette histoire d’amour pétillante entre ce jeune homme brillant mais très laid et cette demoiselle à la beauté incomparable, mais du genre créatine en apparence, s’applique à décortiquer les contrastes de la nature humaine.

Le thème de Riquet à la houppe lui trottait dans la tête depuis longtemps. « C’est un peu une version plus civilisée de La belle et la bête », résume l’auteure.

Amélie Nothomb créée ainsi ce nouveau Riquet qui, déjà tout bébé, était hideux. « J’ai fait un bébé mégalaid, le bébé le plus laid du monde, qui a l’air d’un petit vieux tout fripé » Puis elle créée Trémière, une fille d’une beauté sidérante… qui est tout autant détestée et marginalisée. « C’est là que la beauté et la laideur se rejoignent », note-t-elle.

Riquet à la houppe est un roman très court, où l’écrivaine nous entraine une nouvelle fois dans l’univers emblématique de son œuvre. Des personnages aux noms cocasses y vivent des aventures extravagantes, mais ne vous seront pas épargnées des réflexions sur le monde qui nous entoure. Un conte ô combien d’actualité dans notre environnement ou le paraitre, dans notre société contemporaine, semble primer sur l’être…

Elle met également en exergue le rejet de la douance, ce terme d’origine canadienne qui sert à désigner les enfants dont les capacités intellectuelles dépassent la norme établie, et plus couramment désignés par le terme « intellectuellement précoces » ou « à haut potentiel ».

Amélie Nothomb

©Olivier Dion

 

Amélie était elle-même une enfant surdouée. « Je vous rassure, ça m’a tout à fait passé… Et je peux vous dire que je le vivais très bien », commente-t-elle.

Depuis 1992 (publication de Hygiène de l’assassin), Amélie Nothomb a reçu de nombreux prix. Ses romans sont publiés chez Albin Michel et traduits dans 40 langues.

Amélie Nothomb

Avec Riquet à la houppe, Amélie Nothomb met en exergue le rejet par notre société contemporaine de la douance, ce terme d’origine canadienne qui sert à désigner les enfants dont les capacités intellectuelles dépassent la norme établie

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes
Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.