Select Page

« La Sénilité de Vladimir P. » de Michael HONIG, aux Presses de la cité

« La Sénilité de Vladimir P. » de Michael HONIG, aux Presses de la cité

L’histoire tragi-comique d’un dictateur devenu gaga…

 

Pots-de-vin, Bakchichs et vodka ! Dans un futur proche, reclus dans une luxueuse datcha de la campagne moscovite, l’octogénaire Vladimir P. délire, s’imaginant encore président. Entre deux crises de démence, le vieil homme entretient de longues conversations avec ses ex-complices : les oligarques qui l’ont porté au pouvoir et les anciens du KGB. Ainsi sont dévoilés peu à peu les secrets de sa gouvernance, qui, vous l’aurez deviné, présente toutes les qualités, exceptée celle d’être démocratique ! Mais son arrogance et sa mauvaise foi totalement décomplexée tiennent lieu de justification somme toute presque acceptable : « Parce que votre communisme, vos soixante-dix ans de caricature et d’écran de fumée, ce n’était pas déjà le règne des voleurs ? Toute la nomenklatura, tous les apparatchiks mieux vêtus et mieux nourris que les autres, tandis que le peuple héritait du pire, quand il héritait de quelque chose. Rien que des voleurs doublés d’imbéciles ! Le système ne leur a rien apporté. Qu’y avait-t-il à voler dans leur économie de merde ? »

Entouré vingt-quatre heures sur vingt-quatre par une kyrielle de domestiques tous plus corrompus les uns que les autres, Vladimir pourrait bien finir totalement ruiné.

Au milieu de tout cela, Nikolaï Ilitch Cheremetiev, l’infirmier de Vladimir, seul homme honnête dans l’entourage du vieux président, se désole. Cheremetiev est un homme intègre, mais surtout naïf. Cela fait plus de cinq ans qu’il vit à la datcha, sans s’apercevoir que les individus au service de Vladimir ne cherchent qu’à se faire de l’argent sur son dos : la gouvernante et le cuisinier grossissent les factures et touchent un pourcentage des commerçants chez qui il se fournissent, et les jardiniers ont installé des serres « occultes » pour pouvoir produire davantage et se procurer un substantiel complément de revenus.

Mais tout à coup, le monde du brave homme s’écroule lorsque son neveu Pavel est jeté en prison. Le seul serviteur fidèle est au bord de basculer du tout au tout, quitte à laisser le destin le pousser à aller à l’encontre de sa véritable nature…

La sénilité de Vladimir P. est un bijou de sarcasme, d’humour, et de réparties corrosives. Derrière un persifflage acide et des répliques désopilantes, l’auteur vous offre une critique piquante de la société, en multipliant les scènes loufoques, mais tellement authentiques ! Le pari de choisir un thème aussi délicat que celui d’un dictateur devenu un pauvre vieillard ayant sombré dans la dépendance est osé, mais plus que relevé…

177-2

Ancien médecin dans un hôpital universitaire, l’Australien Michael Honig a déjà publié un premier livre, Goldblatt’s Descent, inspiré de son expérience de médecin. Avec La Sénilité de Vladimir P., il renonce résolument à l’univers de la médecine pour explorer quelque chose de tout à fait différent.

 

La sénilité de Vladimir P. est un bijou de sarcasme, d’humour, et de réparties corrosives. Derrière un persifflage acide et des répliques désopilantes, l’auteur vous offre une critique piquante de la société, en multipliant les scènes loufoques, mais tellement authentiques !

« Michael Honig a eu une idée de génie et l’a réalisée d’une façon […] complètement dingue […]. L’auteur nous livre avec style une comédie burlesque mais aussi une satire de la société. » The Independent.

AMAZON

Amazon

Acheter ce livre

Christine Larrouy

Christine Larrouy 

Directrice de projets éditoriaux dans le monde de l’art, de la culture et de l’économie, sculptrice.