Select Page

« Le silence même n’est plus à toi » de Asli Erdoğan, Actes Sud (04/01/2017)

« Le silence même n’est plus à toi » de Asli Erdoğan, Actes Sud (04/01/2017)

Libérée sous conditionnelle depuis le 02 janvier 2017 mais sous contrôle judiciaire, Asli Erdogan risque toujours la prison à perpétuité.

Une fulgurance : vingt-neuf textes parus dans la presse au cours des dix dernières années :

  • Chroniques politiques ;
  • Réflexions sur l’écriture et l’exil ;
  • Essais mixtes sur les actions gouvernementales, les pesanteurs archaïques et les clichés à l’œuvre dans la vie quotidienne en Turquie.

Cet ouvrage majeur éclaire le profil de l’essayiste engagée qu’est Aslı Erdoğan et permet de comprendre pourquoi l’auteur, victime de la chasse aux sorcières déclenchée en juillet 2016, est toujours sous contrôle judiciaire en attendant la révision de son procès prévue le 17 mars 2017.

L’écriture toujours soignée et traversée de fulgurations poétiques de la romancière trouve ici un terrain d’expression approfondi, muri, avec des événements impitoyablement disséqués, analysés et restitués avec la force de conviction de cette irréductible militante.

Le silence même n’est plus à toi … Ecrire. Pourquoi écrire ?

Dire ? Prohibé, interdit, condamné, altéré, déformé, broyé, laminé, pulvérisé… Alors reste écrire, écrire, encore écrire, comme un exutoire, surtout comme l’ultime moyen d’expression. Là où aucune censure ne pourra la museler, quitte à en payer le prix fort !

« Me voilà aujourd’hui en prison pour avoir cru à des mots tels que vérité et paix. » écrivait Asli Erdogan depuis la prison de Bakirköy, où elle a été incarcérée durant 136 jours par le pouvoir turc qui l’accuse, elle et sept autres prévenus de soutien déclaré au quotidien Özgür Gündem, réputé favorable à la rébellion kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), d’avoir attenté « à l’intégrité de l’Etat » par ses chroniques.

Des chroniques devenue menace pour l’Etat…Écrire. Écrire de la nuit, écrire au-delà des murs, au-delà des toits, au-delà de soi. Au-delà de l’inévitable répression. Des mots qui sonnent comme une délivrance, malgré les grilles de la prison…

Coller le mot devant le miroir du cœur, dire crime quand il y a crime, dire viol, meurtre, torture, génocide, fascisme, racisme, manipulation, oppression, mensonge, désinformation, intox. Braver la censure qui vous conduit derrière les barreaux pour faire connaitre à la face du monde ce qui fut vécu, ce que l’on vit, dire les faits, les noms, les visages. Dire ces mères qui attendent des corps, dire l’arménien, la femme, la mère, la fille, les kurdes, dire Kobane, dire les camps, les complicités d’état, les prisons, les chenilles des chars, les coups, les corps carbonisés, dire la mort, les blessés.

Se taire ? Plutôt mourir ! Les racines du combat d’Asli Erğodan plongent au cœur même de son âme et de sa chair. Révolte, résistance…

Récit bouleversant, percutant, puissant…

256 - aAslı Erdoğan, née le 8 mars 1967, est une romancière turque, journaliste, militante pour les droits de l’homme , arrêtée le 17 août 2016 et emprisonnée dans la prison Barkirköy d’Istanbul jusqu’à janvier 2017. Elle est lauréate du prix Tucholsky 2016. Ses parents ont été détenus et torturés par les régimes turcs issus de putschs, dans les années 1980 et 1990.

Se taire ? Plutôt mourir ! Les racines du combat d’Asli Erğodan plongent au cœur même de son âme et de sa chair. Révolte, résistance.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

img037

Léa Félix, passionnée de littérature : nouveautés et classiques, fictions, essais, BD, SF. J’aime les animaux, leurs écosystèmes, bref tout ce qui concerne l’avenir de notre planète. J’adore également sortir avec mes amis et, baroudeuse à mes heures, je voyage pour rencontrer les gens.