Select Page

La sombre histoire d’amour d’Arletty…

La sombre histoire d’amour d’Arletty…

Arletty, un nom à jamais associé à une époque, à un cinéma en noir et blanc, aux films de Marcel Carné aujourd’hui incontestablement inscrits au panthéon du 7e art.

Arletty, c’est la fameuse Raymonde dHôtel du Nord et, peut-être plus encore tant ce rôle est considéré par beaucoup comme son rôle emblématique, la mythique Garance des Enfants du Paradis. Célèbre au-delà de ses films, c’est aussi ça, Arletty. En effet, l’idylle entre Arletty et un officier nazi au début des années 40 est sans doute la plus célèbre histoire d’amour de l’Occupation.

C’est le 25 mars 1941, lors d’un concert donné à Paris, qu’Arletty rencontre Hans Jurgen Soerhing, un jeune officier allemand aux yeux bleus. Le coup de foudre est immédiat, la plus célèbre des actrices françaises et l’officier deviennent alors inséparables.

Dans les archives de la Police de Vichy, récemment ouvertes au public, l’écrivain David Alliot (spécialiste de Céline)  a pu consulter le dossier d’Arletty et de cette histoire d’amour, qui fit, et fait encore aujourd’hui, couler beaucoup d’encre et il en a fait un livre paru ce 11 mai, Arletty, « si mon cœur est français » (éditions Tallandier). L’occasion, entre autres, de pouvoir situer dans son contexte cette réplique devenue aujourd’hui culte : « Si mon cœur est français, mon cul est international », réponse de l’actrice à la Libération quand on l’accusait de trahison et de collaboration avec l’ennemi.

Arletty, un nom à jamais associé à une époque, à un cinéma en noir et blanc.

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Lise Gallitre 

lise-gallitre1

Journaliste spécialisée dans la culture au sens large du terme.