Select Page

Sylvie Brunel, l’amour de la Terre

Sylvie Brunel, l’amour de la Terre

Géographe, économiste, spécialiste des questions de développement et en particulier des questions de famine, Sylvie Brunel est professeur des universités à Paris IV-Sorbonne et administratrice de la Société de géographie et de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (FARM). Ancienne présidente de l’ONG « Action contre la faim », elle n’a pourtant pas manqué de dénoncer la dérive marchande de certaines ONG…

Vous l’aurez deviné, nous tenons là une chercheuse qui a du caractère et qui travaille pour faire bouger les choses. Loin des discours souvent alarmistes, mais inopérants, ce qui l’intéresse, c’est ce qui fonctionne réellement. Comment ça, nous direz-vous, une géographe qui n’est pas alarmiste ? Fait-elle donc partie de la chapelle des climato-sceptiques ? Point du tout – et d’ailleurs, elle ne les méprise pas pour autant ; mais Sylvie Brunel s’inscrit plutôt dans une ligne climato-réaliste et responsable. Dans ses livres La faim dans le monde : Comprendre pour agir et Une tragédie banalisée : La faim dans le monde, par exemple, elle met en avant les programmes qui, ici et là, ont déjà fait leurs preuves en matière de politiques agricoles équitables et justes. Crier sur tous les toits que c’est l’Apocalypse, ce n’est donc pas son style : au contraire, sans pour autant céder à un optimisme béat, Sylvie Brunel s’attache à promouvoir l’imagination et le talent de l’humanité, rompant avec les idéologies mortifères et les esprits fatalistes. Et, selon elle, notre Terre est tout à fait en mesure de nourrir l’humanité – elle montre à cet égard que les famines contemporaines ne sont pas dues à la malnutrition, mais à diverses stratégies politiques… Quant au fameux réchauffement climatique, ici encore, toute la question est de savoir quoi faire. Quelles actions poser ?

Dans un article intitulé La grande religion climatique (La Revue n°57-58/nov. déc. 2015), Sylvie Brunel explique très clairement que deux options s’offrent à nous : 1/ l’option en quelque sorte ascétique, qui viserait à limiter les dégâts en enclenchant la transition énergétique (ce qui implique l’opportunité de faire d’immenses progrès techniques) et en modifiant notre rapport à la consommation ; 2/ l’option d’adaptation et d’anticipation aux conséquences du changement climatique. Pourquoi, en se protégeant de leurs effets pervers, ne pas prendre le meilleur des deux options ? Bref, vous l’avez compris, Sylvie Brunel se préoccupe de notre avenir. Et, c’est évident, nous ne pourrons l’affronter qu’ensemble, bien instruits et informés. Pourquoi ne pas commencer en lisant ses livres… ?

 

Quelques livres de Sylvie Brunel : La faim dans le monde : comprendre pour agir (PUF, 2015) ; Le sous-développement (PUF, 2015) ; Le développement durable (PUF, 2012) ; Géographie amoureuse du monde (JC Lattès, 2011) ; Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête (dir.) (JC Lattès, 2010).

Crier sur tous les toits que c’est l’Apocalypse, ce n’est donc pas son style : au contraire, sans pour autant céder à un optimisme béat, Sylvie Brunel s’attache à promouvoir l’imagination et le talent de l’humanité, rompant avec les idéologies mortifères et les esprits fatalistes

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

Itunes

Antoine Marc

la-redaction