Select Page

« Ubérisation – Utopie et tyrannie » de Pierre Larrouy chez Uppr éditions.

« Ubérisation – Utopie et tyrannie » de Pierre Larrouy chez Uppr éditions.

Qu’est-ce qui détermine l’évolution des sociétés ? D’après Pierre Larrouy cela serait engendré par « l’économie psychique individuelle et collective » provoquant une rupture qui reconfigurerait une transformation de l’évolution…

Ubérisation de la politique, ubérisation de l’économie, ubérisation, même, de la santé et des sciences… Ce terme fourre-tout cache une réalité bien complexe : qu’est-ce qui se joue ici et comment expliquer le succès de cette formule qui se prête à toutes les conjugaisons ?

Pierre Larrouy met ici en lumière les causes profondes – historiques, sociétales, technologiques, comportementales et psychiques – de ce changement de paradigme tellement révolutionnaire qu’il engendre un malaise inédit dans la civilisation.

Ce malaise est tel, que, même ressenti par tous, il résiste aux tentatives d’explication objective – du moins jusqu’à ce livre, posé devant nous comme un miroir. L’auteur le compare à une « chute molle » : elle n’est pas foudroyante. On se sent tomber, on cherche à se raccrocher mais, en l’absence d’accroches fiables, la peur liée à la chute amplifie le mouvement.

Pour Pierre Larrouy, c’est « une métaphore assez précise pour décrire cette société en chute ou qui a l’impression de chuter et qui ne perçoit plus de repères pour se rattraper » …

« L’enjeu premier n’est pas, ici, de combattre l’ubérisation au nom de ses conséquences potentielles, mais d’en bien cerner les principes pour qu’elle ne devienne pas un dispositif tyrannique. Car connaître les causes, c’est se donner les moyens d’anticiper les conséquences. La place prépondérante prise par les données et leur propriété doit attirer l’attention sur la distinction nécessaire entre processus technique d’ubérisation et gouvernance de son organisation », prévient l’auteur.

Que comprend-ton, dès lors ?

  • Que l’ubérisation accompagne une attente collective de dérégulation, qu’elle est le signe d’un changement radical et global de la société – rupture que les décideurs, en plus, semblent totalement ignorer.
  • Que l’ubérisation correspond à un état d’esprit, à un imaginaire révolutionnaire, à l’exigence d’un nouvel art de vivre, qui trouve ses racines dans la contestation des élites – et que les politiques manqueraient l’essentiel en ne se préoccupant que des problèmes relatifs à sa régulation.
  • Que ce système apparemment libérateur peut prendre en otages ses promoteurs, mais aussi que ces derniers sont condamnés à le soutenir, dupes d’un véritable syndrome de Stockholm…

L’ubérisation n’a pas uniquement ses détracteurs. En effet, ce phénomène est largement plébiscité par la jeunesse qui y trouve un idéal et un discours de rébellion contre « le monde ancien » qui ne leur fait pas assez de place.

Enfin, Pierre Larrouy ne se contente pas d’analyses magistrales : il fait aussi des propositions concrètes, propres à maintenir rien de moins que la cohésion sociale – car ce qui se joue sans doute dans l’ubérisation, c’est le passage à la limite de la modernité, qui se retrouve ainsi sur le fil du rasoir.

Toute la question est de savoir comment faire de la lame un tremplin authentiquement humaniste.

Pierre Larrouy

196-a

Docteur en sciences économiques et diplômé de l’Institut d’Etudes et de Développement, Pierre Larrouy a été chef de cabinet du Ministre de l’Education nationale Alain Savary, conseiller du Ministre… En savoir plus sur Pierre Larrouy >

 

« L’enjeu premier n’est pas, ici, de combattre l’ubérisation au nom de ses conséquences potentielles, mais d’en bien cerner les principes pour qu’elle ne devienne pas un dispositif tyrannique. Car connaître les causes, c’est se donner les moyens d’anticiper les conséquences. »

Acheter ce livre

Amazon

Acheter ce livre

La rédaction la-redaction